# Mai - C'est le premier, je balance tout

by - samedi, mai 13, 2017

Mai fait ce qu'il te plait, le soleil pétille de ses rayons encore timides dans ma région, les nuages se poussent, le printemps chatoie. Enfin ! Adieu hiver morne, hiver sec, automne mélancolique où même un thé ne parvenait pas à atteindre la tristesse d'une pluie, la lumière conquit les coeurs comme je dis toujours. Avril fut un mois dont le début se montra cosmique, où la rupture d'un clapet bondit sans que je m'y attende. Mais avril fut aussi une libération, examens terminés et découvertes livresques magnifiques. Le temps s'enfile, paisiblement, je profite de ces grains charmants de luminosité.


☼ LE FLOP ET LE TOP ☼

Un mois chargé de livres que j'ai adoré, qui m'ont tourmenté, qui m'ont apporté, des histoires où l'horreur rugissait de sa voix suave et où les émotions se teintaient de tristesse et d'hommage. J'ai procrastiné de manière hallucinante, aucun article n'existe pour le moment sur le blog mais mon carnet regorge de note, de plan, de citations.
31td3MAaC3L._SX328_BO1204203200_
La sagesse dans le sang fut mon flop de ce mois, il en fallait bien un et c'est celui que j'ai le moins apprécié. Toujours est-il que j'ai été touchée par ce style sauvage, cette plume incisive, mordante et cruelle pour ses personnages. Flannery O'Connor aiguise sa lame littéraire et pourfend le trompeur, le rusé évangéliste, un peu fou certainement. Le goût d'incompréhension trempe sur mes doigts tandis que je réfléchis encore sur cette histoire, je crois que j'ai traversé un périple, un sentier d'épines. On ressent dans ce livre toute un mystère, un mysticisme impressionnant, la folie se jette sur notre psyché et les actes, les paroles se métamorphosent en incompréhension. Je crois que ce roman m'a un peu fasciné, il n'appartient à aucune catégorie mais garde une force sublime.
 L'amie prodigieuse est certainement un joli coup de coeur dont je parle dans une vidéo. Agréable surprise se dévoilant au fil des pages, ce roman est un bonbon doux amer qui valse sur la langue, une saveur particulière aux papilles. Tout au long du récit, la réflexion de la narratrice apporte un naturel, une simplicité, une réalité immersive impressionnante, le mieux tant que lecteur nous ne nous en rendons pas compte que le livre entraîne. L'auteur est entré dans ma tête à plusieurs reprises, des citations d'une réalité parfois insoutenable, ce roman c'est le soleil dans une mer de souffrance ; il brille, s'illumine puis s'éteint, se souffle la chandelle de la joie, s'enhardit la flamme de la vie.




☼ LES DÉCOUVERTES LITTÉRAIRES ☼

Ce mois-ci les voyages furent posés dans leur cocon, je n'ai pas pu profiter des autres blogs que je suis pourtant régulièrement et toujours avec passion. Quand même Histoires Vermoulues m'a tenté en utilisant certains mots clés, elle a encore une fois ravie mon coeur pour cet ouvrage qui titille ma curiosité : Moi, Jean Gabin de Goliarda Sapienza. Les mots onirisme, atypique, rêveur etc trouvent une place fondamentale dans mon battant enivré d'envie de lire de ces oeuvres qui me permettent de m'envoler dans un au-delà contemplatif, entouré de beauté. Je n'ai pas pu l'acheter, car il ne se trouvait pas dans ma librairie aimée, mais, au lieu de ça j'ai retrouvé le même résumé dans un Nabokov qu'il me tarde de déguster. La peur me noue le ventre quand il s'agit de l'écrivain encensé George R.R. Martin, en pleine lecture de Dracula qui se révèle un coup de foudre monumental, La petite marchande de prose a su avec sa plume toute en délicatesse me tenter pour que je me procure Riverdream, titre que je ne connaissais nullement à la base. Enfin, un titre dont j'entends beaucoup parler par mes proches et des chroniques passionnées, ce livre semble une fascination à lui tout seul, labyrinthe chaotique mêlant les mythes et une réflexion littéraire : La maison des feuilles m'attire et m'envoûte.



☼ LES DÉCOUVERTES WEB ☼

Cette fois-ci on va parler de nombreux sujets qui me tiennent à coeur, des sujets dont on parle, des sujets nouveaux pour certains mais dont quelques personnes en parlent très très bien ! Le pervers narcissique notamment fait l'objet d'une introspection et explication remarquable grâce à Homo sapiens sur un caillou. Voici le lien de la vidéo, elle est longue, un peu dérangeante mais totalement réaliste et recherchée. Etre femme me concerne, ses droits et ses batailles, j'ai pris goût à lire plusieurs articles défendant notre statut, se révoltant contre les injustices vicieuses et futiles dont la société fait preuve à l’égare de la gente féminine. La culture du viol me touche énormément et j'ai à coeur de gueuler, Ca fait genre écrit un article sur un article de Joystick prônant cette culture particulièrement immonde. L'article est long, mais il se déguste tellement les choses dîtes sont véridiques. Trop de choses à vous montrer, qui m'ont profondément touché ma corde sensible et révoltée. Pour un dernier lien, on parle de youtube et des femmes, de cette société où nous ne sommes pas encore très sûre de nous même en tant que sexe féminin ; les internettes ont tourné ce documentaire que j'ai trouvé tout à fait intéressant.


☼ L’INTROSPECTION ☼

Un petit cri d'espoir dans cette ritournelle estudiantine, mes examens sont finis mais je me reproche mon manque de confiance en moi, au lieu d'écouter mon instinct et mon cerveau, j'écoute des personne qui ne savent pas. Pour ça, je me ronge mes ongles et ça m'apprendra. Encore un mois où la perspective d'un stage se dessine à grand trait barbouillés sur les pages de mon carnet, un mois où je me confronterai aux joies d'observer un professeur d'arts plastiques, souvenirs, souvenirs êtes vous là. Je sens le coup de vieux proche de ma face qui claquera dans un sentiment de nostalgie nuancé de mélancolie. On dit que vingt quatre ans c'est jeune mais on ne parle pas de ces années qui défilent en étoile filante, vives et alertes. Je ne m'attendais pas aux rafales de compliment adressé à ma capacité à peindre, n'arrête jamais me dit l'un de mes profs (le plus craint en plus), je continuerai certainement, mais de là à dévoiler en allant frapper à la porte d'une galerie il reste un moment. Des projets plein la tête depuis que j'ai découvert youtube, je ne tiens pas à rester figée sur une sorte de vidéo mais sur plusieurs et parler de sujets de société (pour cogner sur mon humeur révolutionnaire) me tente de plus en plus. J'attends un environnement cosy et intimiste pour qu'on puisse se mettre à l'aise toi et moi !

You May Also Like

2 commentaires

  1. Je rattrape enfin mon retard dans les articles publiés pendant mes vacances et j'aime beaucoup ton avis sur Flannery O'Connor, même s'il t'a déçue tu en parles très bien !
    Merci encore pour tes gentils mots et la citation de mes articles, je suis persuadée que Goliarda Sapienza te toucheras en plus (surtout si tu as un coup de cœur pour L'amie prodigieuse, cette saga et les romans de Goliarda sont les deux coups de cœurs absolus de mes libraires adorées !)
    La maison des feuilles c'est très particulier, je ne sais pas si je l'ai vraiment aimé. En tout cas c'est une expérience littéraire unique !

    Les articles de Mar_Lard sur le jeu vidéo sont tops, si tu as l'occasion lis "le sexisme chez les geeks". Je me souviens que quand il était paru ça avait soulevé un déchaînement de haine qui a lui seul justifiait les propos de l'article.

    RépondreSupprimer
  2. Je dois vraiment en faire une chronique même si ça fait plus d'un mois que je l'ai lu j'ai quand même le plan de l'article dans mon carnet xD
    Je vais le dévorer ce roman, tu m'en parles tellement que je vais être obligée de le lire c'est certain. Surtout qu'on a les mêmes goûts. Je prends le mot expérience unique et celui là aussi je le place dans ma wish list.
    Mais heureusement qu'il existe ce genre de personne parce que le sexiste, la misogynie ça existe et on en parle pas. Le droit des femmes c'est capital ! Je viens d'apprendre hier soir que la loi sur le compte bancaire pour une femme datait de 1976 seule date que je retiendrais parce que je suis complètement choquée. Je pensais que c'était dans les années 50 mais non, ça ne fait même pas 40 ans.

    RépondreSupprimer